Antigone, Espace 44 – Lyon

Poster un commentaire

9 février 2018 par nouvellesrepliques

« Antigone ou le trésor de Créon », à l’Espace 44

 Compagnie le Théâtre de l’homme

Avec : Michaël Bonnet, Victor Bratovic, Cyrielle Cormontagne, Salomé Duc, et Robin Perrichon

Mise en scène : Lodoïs Doré

 Si Antigone est assurément l’une des figures les plus anciennes et les plus représentées du théâtre, depuis les grands tragédiens grecs Eschyle et Sophocle jusqu’aux auteurs modernes comme Jean Anouilh ou Bertolt Brecht, on peut légitimement se demander ce qui n’a pas encore été dit ou montré à son sujet à travers les innombrables mises en scène consacrées au mythe qu’elle incarne, celui de la résistance héroïque et jusqu’au-boutiste face aux forces aveugles et inflexibles de l’autorité.

On est alors très agréablement surpris de constater que Lodoïs Doré et ses camarades de la compagnie du Théâtre de l’homme ont choisi d’aborder cette histoire immémorielle via un prisme original, d’autant plus pertinent qu’il explore un domaine qu’ils connaissent intimement:

C’est dans le cadre du concours d’entrée à une prestigieuse école de théâtre, le T.E.B., qu’ils nous invitent à nous inscrire avec eux. De jeunes comédiennes et comédiens en devenir sont donc là pour présenter, devant le directeur de cette prestigieuse institution, les scènes préparées afin de montrer leur potentiel de jeu dans l’espoir d’intégrer la prochaine promotion, voie royale vers une future grande carrière. Et, comme c’est souvent le cas lors de ce genre de concours, plusieurs de ces candidates et candidats ont choisi des scènes d’une même pièce classique, en l’occurrence Antigone.

L’occasion pour le Théâtre de l’homme de croquer avec malice mais non sans tendresse les routines d’échauffement et leurs exercices qui peuvent paraître absurdes et ridicules à l’œil non averti, ainsi que les travers de jeu des acteurs et actrices en formation, que l’enthousiasme débordant mais aussi la nervosité ou le manque d’expérience poussent à en faire des tonnes ou à se prendre trop au sérieux. Dans le public, de très nombreux et fréquents éclats de rire retentissent, à la vue des hilarantes simagrées de Michaël Bonnet et de Robin Perrichon qui campent avec délice ces grands enfants qui veulent se saisir du théâtre et brûlent du turbulent désir de le réinventer. On se moque aussi gentiment du « jury » du concours, incarné par l’excellent Victor Bratovic qui lui insuffle la morgue, et la prétendue bienveillance ne trompant personne, que l’on retrouve parfois chez les personnes qui occupent des positions de pouvoir et qui ont une haute opinion d’elles-mêmes et de leur travail.

On est également déjà pris au dépourvu par l’émotion qui se dégage de la prestation de Lou, une candidate incarnée par Salomé Duc, qui semble littéralement jouer sa vie lorsqu’elle présente sa scène du « parcours libre » dans laquelle le Messager vient annoncer le dramatique dénouement de la tragédie Antigone, au terme de laquelle tous les protagonistes ne trouvent que la mort et la désolation.

antigone

Quand cette session d’auditions s’achève, contrairement à l’usage en vigueur dans ce genre de cadre, une parole revendicative et accusatrice va se faire entendre. Celle d’une autre candidate, révoltée par le peu de considération accordée par le directeur de l’école au travail et aux espoirs de celles et ceux qui sont venus se soumettre à son jugement. C’est alors que débute l’affrontement entre ces deux personnages, Cyrielle Cormontagne incarnant avec une fougue farouche cette Antigone moderne qui accuse son adversaire de n’être qu’un Créon rigide, insensible, inhumain. Ce dernier, récusant évidemment ce qu’il prend avec mépris comme une attaque injuste et immature, tente de se justifier en arguant de ses responsabilités pour réduire la jeune femme au silence, mais telle la nièce de celui qu’elle qualifie de tyran dans la tragédie grecque, elle ne se laissera ni intimider ni prendre à la légère. C’est son inaltérable détermination qui est ainsi à l’origine du tour inattendu que prend alors le spectacle : à travers la pièce de théâtre Antigone, les candidats et leur jury vont explorer ce qui les oppose pour tenter de trouver une solution à leur conflit, ou du moins à faire valoir leurs positions, leurs points de vue opposés afin de peut-être parvenir au final à se comprendre.

L’écriture et la mise en scène habiles de Lodoïs Doré questionnent ainsi avec intelligence la légitimité de l’exercice de l’autorité par les figures de pouvoir, mais aussi le bien-fondé ou non de celles ou ceux qui défient cette autorité, ainsi que des moyens employés pour la défier. Par le biais d’une mise en abyme ludique, sont également abordées des questions comme le déterminisme lié au genre, la dévotion aveugle à des modèles, ou encore les sacrifices que l’on peut consentir au nom d’une passion ou d’une cause.

C’est avec humour, mais aussi avec une réelle rigueur dramaturgique et un examen sensible et non manichéen des motivations, des émotions et des processus de pensée des uns et des autres, que les comédiennes et les comédiens font remonter à la surface l’humanité de leurs personnages, pour ne plus les limiter au final aux figures archétypales de la tragédie.

On ressort donc d’Antigone ou le trésor de Créon avec le sourire, non seulement parce qu’on a passé un bon moment durant lequel on a ri et réfléchi, mais aussi parce qu’en redécouvrant cette tragédie sous un angle différent et intelligent on ressent plus d’amour pour celles et ceux qui ont foulé les planches de théâtre depuis des millénaires en se mettant à nu pour parler à leurs congénères de la vie et de ce qui la rend trépidante, savoureuse, ou simplement émouvante.

Charles Lasry

Charles Lasry

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :