La Dernière Torture -Théâtre du Gai Savoir, Lyon

Poster un commentaire

17 mai 2017 par nouvellesrepliques

Par la Compagnie La lune noire

Création Collective

Jeu : Morgan Brosed Ponce, Ambre Cossali, Morjane Mharrak, Carmel Petit, Antoine Truchi

Maquillage : Annette Rochard

Son et lumière : Jacques Bouvachon

 

La dernière torture est un très bel hommage au théâtre du Grand-Guignol. Ce spectacle nous fait vivre toute la violence et l’absurdité de la guerre.

Tout commence, comme le veut la tradition, par une première partie comique et rythmée qui nous raconte la tenue en 1900 d’un Etat-major français. Il s’organise pour mater la rébellion chinoise et porter secours à leur camarades encore coincés dans l’ambassade française de Pékin.

On ne peut pas s’empêcher de rire face à la dérision des propos, aux personnages grotesques, à la rythmique de la diction et au tempo mécanique des corps sur scène. On est immédiatement tenté de se rappeler les films de guerre, réalistes comme parodiques tels que Tonnerre sous les tropiques, Full Metal Jacket ou encore l’incontournable Apocalyspe Now. Sans oublier des références directes à Star Wars : Le Général d’Etat-major, tel Dark Vador, étrangle par « le pouvoir de la force » un de ses subordonnés insubordonnés.

C’est une partie bien rythmée qui permet des rires mais aussi des questionnements chez les néophytes des traditions Grand-Guignol : « Dans quoi sommes-nous tombé.es ? Quel rapport avec la Dernière Torture ? ». C’est en arrivant sur la deuxième partie bien plus sombre et plus sérieuse, que l’on comprend immédiatement l’intérêt d’un tel préambule : alléger nos ressentis de spectateur.trice face aux souffrances de ces hommes et ces femmes qui, désespéré.es, se débattent face à une mort certaine.

Sur un chant de la légion étrangère, une faible lumière éclaire la scène et nous voilà passé de l’Etat-major à l’intérieur de l’ambassade assiégée. La situation est grave et pesante : 55 jours d’attente, c’est là la Dernière Torture pour ces rescapé.es qui comptent chaque seconde de la fin de leur vie.

derniere torture

Le travail de lumière de la Dernière Torture est à féliciter. Il vient tantôt souligner et guider, tantôt appuyer et raconter toutes les horreurs de la situation dans laquelle se trouve ces personnages. Nous les accompagnons dans leurs souffrances. Nous voyageons aussi grâce au travail sonore, qui fait partie intégrante de l’ambiance :  bombardements, bruits de balles, bruits sourds, etc. C’est cette création sonore qui permet au public de ne pas être oppressé par une immersion malsaine du réelle mais bien accompagné dans quelque chose de plus fin, lui permettant de souffler et de se sentir en sécurité.

La qualité du maquillage et des effets spéciaux réalisés par Annette Rochard renforce le caractère immersif du spectacle : du sang en gerbes, un crâne défoncé, du gore plein la vue, mais sans jamais être gratuit.

Enfin, le jeu des comédien.nes est sincère, passe d’une dimension délirante à une dimension plus réaliste. La Dernière Torture sait nous accompagner avec un cœur sanglant et généreux dans les abysses de l’horreur humaine.

Sylvain Mengès

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :