Chandra par la cie Art’R’Natif

Poster un commentaire

25 mars 2015 par delphineleroy69110

Compagnie Art’R’Natif
Texte et lise en scène : Claire Lestien
Avec : Alice Glandier, Victor Lassus, Ambre Cossali et Pauline Rollet
Lumières : Elsa Marquaire

 

Voici Chandra, l’homme le plus petit du monde ! Toujours d’humeur joyeuse, il mène une petite vie tranquille dans son village natal. Jusqu’au jour où il tombe amoureux, et se fait rejeter par la femme aimée à cause de sa petite taille. Arrive alors la fée Sée qui lui fait une promesse extraordinaire : si Chandra serre dans ses bras l’homme le plus grand du monde, tous deux auront une taille normale ! Une vie normale donc ? Et l’amour d’Alina, peut-être…
Voilà donc Chandra lancé dans une épopée rocambolesque qui lui permettra de rencontrer des personnages très singuliers et de vivre de multiples aventures ! Arrivé par hasard dans un cirque, il va en devenir la star et se lier d’amitié avec un vieux balayeur désabusé, avant d’atterrir dans un bordel et découvrir le sexe…et bien d’autres péripéties encore !

 

 


Amour, alcool, dépendances, rejet des différences, prostitution ou encore homosexualité; autant de sujets abordés sans tabous dans ce spectacle par les comédiens de la compagnie Art’R’Natif, grâce au décalage permanent crée par une bonne dose d’humour et d’autodérision. Le burlesque des personnages, le loufoque des situations permettent de prendre du recul pour mieux se gausser du sérieux des thématiques évoquées. On rit parce que ce qui arrive à Chandra est drôle, on rit de sa naïveté, de son insouciance face aux choses de la vie et de sa spontanéité, à défaut de pleurer sur son sort et celui de ses compagnons. C’est un peu le crédo de la compagnie: décaler pour mieux montrer, dénoncer, tout du moins, faire réfléchir.
Décors et costumes de bric et de broc, changements à vue : la mise en scène ne cherche pas à donner l’illusion du vrai mais assume le faux, et joue même jusqu’au bout avec les codes de la représentation. L’acteur interprétant Chandra est loin de mesurer vingt-deux centimètres de haut, aussi-garde-t-il sa hauteur ou sautille-t-il sur ses genoux équipés de genouillères, toujours avec un large sourire. Comme les fées n’existent pas et que, quand bien même, l’actrice jouant la fée Sée n’en est pas une et ne peut donc pas disparaître sur scène, elle lance tout de même ses sortilèges avec une poignée de sable « magique » ; alcoolique et vulgaire, elle fait un formidable pied de nez au stéréotype de la fée des contes pour enfants. La montagne au pied de laquelle vit Chandra est figurée par un gros caillou, le bordel par un jeu d’ombres et de cache-cache derrière des planches de bois ornementées de sexes masculins…La scène ressemble à un immense terrain de jeu, où l’on joue à la vie, toujours avec bonne humeur. Tout y est excessif, explosif : jusqu’au moment où les personnages basculent, deviennent pendant quelques secondes graves et sérieux et, se mettant à nus, nous parlent comme pour nous dire « en fait, je ne vais pas si bien que ça, et vous le savez… » avant de rechausser leur sourire pour repartir plonger dans leur histoire. Parenthèse fugace et précieuse durant laquelle l’acteur semble enlever son masque pour nous montrer la réalité toute crue, et d’autant plus percutante qu’elle nous prend à revers entre deux éclats de rire.
Je ne vous révélerais pas si Chandra trouve ou non son géant, ce serait vous cacher la chute de ce beau spectacle, si vous avez à l’avenir l’occasion de le voir. Disons juste pour conclure une banalité que vous aurez sûrement déjà entendue mais qui vaut la peine d’être serinée encore et encore : ce qui fait de nous ce que nous sommes, ce sont nos singularités, vues parfois comme des défauts. Avons-nous vraiment envie de nous en séparer ? Serions-nous les mêmes sans elles ?

Delphine Leroy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :